top of page
Rechercher

Récit Endométriosique en Régénération

Est-ce que j'écris ici pour vous faire plaisir ? Non

Est-ce que j'écris ici car c'est thérapeutique ? Oui



Nous sommes en Mars. C'est le mois de Sensibilisation de l'Endométriose. Au départ je ne voulais pas en parler... car je trouve que tout un marketing et business se sont créés à ce sujet. Sur le domaine du développement personnel et de la spiritualité aussi...

Mais, comme à mon habitude, mes lunes me poussent à m'exprimer...


[...]


Mes cycles sont arrivés jeune. Ainsi que les douleurs...

Est-ce normal ? NON

Est-ce normal de mettre une jeune fille sous pilule pour se débarrasser/masquer des douleurs ? NON

Est-ce normal d'entendre que la douleur fait partie du lot des menstruations ?NON



Je me rappelle au Collège après mes premiers saignements/douleurs... j'observais toutes mes camarades, et je me demandais... comment font-elles. Comment font-elles pour vivre normalement, pour rire aux éclats alors que dans mes entrailles c'est Badgad.

Je me demandais comment une femme pouvait supporter cela toute une vie. Et à 11 ans, j'ai pensé "Vivement la Ménaupose". À 11 ans, je me suis dit qu'à cause de ces menstruations,à cause d'être née femme... ma vie serait douloureuse.


Et c'est ainsi, de formatage sociétale, de phrases anodines mais assassines, je me suis mise à détester être femme, détester saigner, détester mon corps, détester la vie.


[...]


J'ai 25 ans. Mes douleurs menstruelles explosent - l'apogée et l'expression simple de plusieurs années d'accumulations et mal être consécutifs. Plusieurs années que je souffre pendant mes lunes, à joncher dans le lit avec une bouillotte, des anti-douleurs, une tonne de médicaments pour le transit, les allergies, l'hernie hiatale. Des heures dans les toilettes face à mes douleurs. Des vomissements, des diarrhées, voir à la limite du malaise. Ne pas pouvoir me tenir debout, ni droite. Voir mon ventre tripler, me dégoûter. Ne plus pouvoir travailler et entendre d'un médecin "Vous avez juste vos règles ".


Le diagnostic de l'endométriose tombe, mais heureusement l'IRM révèle qu'elle est légère. On m'annonce ça en 2 secondes, derrière un rideau à peine rhabillée. Il m'est proposé une coelioscopie, "opération facile et anodine pour enlever un kyste, rien d'inquiétant "

Je me retrouve en salle de réveil. Une infirmière m'annonce qu'il y a eu des complications. Je suis dans le coaltar et je me demande ce que l'on a fait subir à mon corps que je ne sens pas.


On m'apprend le changement de la coelioscopie en laparotomie car "Madame vous avez de l'endometriose partout". J'ai mal dans mon corps et dans mon cœur, je ne sais pas comment est mon corps sous les pansements, je ne peux pas me mouvoir. Je me sens diminuée comme jamais. Le lendemain, on m'oblige à me lever, alors que mon corps est si frêle qu'il a envie de s'effondrer. Mais je n'ai pas envie de rester là-bas et je sais qu'il va falloir dépasser ça. Le chirurgien m'informe de l'étendue des dégâts et des conséquences sur ma fertilité. Je me prend mur sur mur, dépossédée de mon corps, de ma vie. Je continue à me dissociée de lui, comme depuis tant d'années de souffrances, comme si c'était un morceau qui ne m'appartenait pas. Je le rejette, et lui aussi... me le fait savoir.


Je fais confiance en la médecine, je ne comprend rien de ce que l'on me raconte et puis... "Eux, ils savent" - ce que je mettrais des années à déconstruire car "le sachant est celui qui ressent, aucun niveau d'étude et de connaissance ne justifient mieux que celui qui ressent dans son corps ce qu'il s'y passe".

J'enchaîne par 6 mois de Ménaupose artificielle à 26 ans (celle rêvée à 11 ans?)


[...]


Je vais avoir 32 ans. Cela fait 6 ans que j'ai été opéré. J'ai encore des mémoires de tout cela mais je vais bien. Je n'ai plus de traitements depuis 3 ans... et des douleurs parfois. Mais mon confort de vie actuel est inimaginable.


[...]


Ceci est un condensé de mon expérience, car bien évidemment des péripéties il y en a eu d'autres.


C'est juste pour vous dire... que la maladie vient nous délivrer des messages de désalignements de notre vie. Il est possible de rebattre les cartes pour aller mieux. Ce qui au départ m'a amené à vouloir guérir, était simplement le chemin de mon épanouissement.


Que ce soit l'Endométriose ou une autre maladie,le processus est similaire...

Ce chemin n'est pas la voie facile. Mais quand tu persévéres et que tu regardes en arrière... Tu seras fière de ne pas avoir baissé les bras.

Je sais à quel point c'est dur. A quel point les douleurs, la maladie te confronte à ton Enfer. Mais c'est en le regardant en face, que tu pourras te retrouver.


Le corps est comme la nature. Il y a toujours de la repousse après un désastre, toujours des capacités de régénérations incroyables, toujours de la germination avec pas grand chose.


À toutes les femmes en souffrance, à toutes les petites filles dont on ne respecte pas la construction de leur système endocrinien, à tous les hommes, et les femmes, qui soutiennent dans l'ombre.

Et au plus général... à toutes les personnes qui ce sont éloignées de leurs VOIES/VOIX, et qui sont confrontées à un enfer mental ou physique...


Je vous comprend.



Angélique Emilie Rigaud - Energéticienne - Conseils en naturopathie



📸 Benoit Peyrat

Make-up: Coco & Lynette




2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Oser

Comments


bottom of page